Kyan Khojandi ne m’en voudra pas de le citer pour 2 raisons :

  • Si moi je le connais, il y a peu de chance que l’inverse soit vrai (alors poupougne…)
  • Je vous rappelle à tous qu’il m’a enterré dans un des épisodes de Bref (j’ai fait 2 jours de psychanalyse à cause de lui).

Si cela fait un peu plus d’un an que vous suivez (au compte gouttes j’en conviens) mes aventures de papa-geek, il faut quand même savoir que la Croquette est parmi nous depuis 3 ans maintenant.

Beaucoup des lecteurs du blog (ceux qui n’ont pas encore la joie de devoir être frais, dispo et enclins à se passer en boucle le même épisode de Oui-Oui a 7h du mat un dimanche) se demandent si la parentalité ne tient pas plus de la mauvaise blague plutôt que de cette pure joie survendue par les fabricants de couches et les sournois qui s’amusent à créer des compotes Myrtilles-Fraise-Cerise car ils sont actionnaires majoritaires chez Unilever.

 

Ami lecteur (oui, mes lecteurs sont un peu mes amis), c’est l’heure du bilan totalement objectif d’une paternité geek. Accroche-toi à ton Soyouz de poche…C’est parti.

 

Avoir un enfant, c’est limite du body-snatching !

A une époque, qui me semble tout aussi éloignée que floue, ma femme et moi étions des adultes…Des personnes normales, qui sur un coup de tête pouvaient faire des trucs de dingues comme aller au cinéma ou au resto…

De la folie pure quoi !

Dis comme ça, vous vous dites tous «Ok, les gosses…jamais de la vie ». Mais c’est là où au final on se trompe. Car quand vous tenez votre premier enfant dans les bras : VOUS N’EN AVEZ PLUS RIEN A FOUTRE  DES SORTIES!!!…Et vous vous faites aspirer par une sorte de vortex temporel qui vous fige, à vie, à l’état de parent…et sans vous en rendre compte, vous aller aimer ça bordel !!

 

Alors oui, autant briser tout de suite une espèce de légende à la con que Moulinex a bien essayé de nous fourguer dans les années 60 : un enfant ça s’élève à deux !! Alors, même si comme moi vous êtes quelqu’un pour qui le gaming est une quasi religion, je vous conseille d’aménager votre temps de jeu, car vous risquez de manquer des moments relativement uniques (et surtout très drôles).

 

Dans notre cas, nous avons la chance d’avoir ce que nous avons appelé des bébés Euromillion : c’est-à-dire que tu as joué sans y croire vraiment et tu te retrouves avec un bébé qui dort, qui mange et qui est toujours d’humeur égale (ce qui statistiquement relève de la science-fiction).

Mais comme on n’a rien sans rien, je pense que nous avons hérité des deux plus grosses bourriques que la terre ait jamais porté (la Croquette étant au niveau olympique de la bourriquitude en attendant de voir ce dont sa sœur est capable).

 

Avoir un enfant, c’est se rendre compte que le bon sens n’est pas mort

Bon, il faut être honnête, durant la période de 0 à 1 mois, tu as plus l’impression de t’occuper d’un baril de lessive que d’un enfant, car au niveau de l’interaction, c’est encore ça. A partir du 1er mois, quelques sourires commencent à poindre et c’est la baston générale pour savoir à qui ce moment magique était destiné (la réponse étant : à son mobile dans la plupart des cas).

Entre 6 mois et 2 ans, c’est de la folie furieuse : ça bouge, ça piaille, ça rigole bruyamment, ça touche à tout, ça raconte n’importe quoi…C’est plus une gosse que tu as, c’est une cagole maxi-format, avec la teinture platine qui lui grignote le lobe temporal !

 

Et quand je dis que ça raconte n’importe quoi, ce n’est pas tout à fait vrai. En fait, vous vous rendez très vite compte que même si elle mélange un peu tout, tout est une affaire de bon sens (ou pas) mais c’est souvent très drôle

 

Croquette Quotes…Morceaux choisis :

La Croquette a 1 an et des brouettes :

  • La Croquette : « Papa, a veux un fravabla »
  • Moi : « Gné ? un quoi ?
  • La Croquette : « un FRA.VA.BLA !! » (elle s’énerve en plus !!)
  • Moi : « Mais késséssé un fravabla ?»
  • La Croquette : « Mais ça » (en me montrant un fromage blanc)
  • Moi : (qui rigole) : « Ah un formage blanc !»
  • La Croquette : « Oh hé…c’est dur à dire !! »

ET PAN !

Rien que d’y repenser, j’en ai les larmes aux yeux…

 

La Croquette un peu plus tard, qui a enclenché le mode « Marie-Ange-Nardi-sous-extas-dans-Pyramide »

  • Moi : « Mon pt’it Chocobo, tu sais ce que l’on va faire aujourd’hui ? »
  • La Croquette : « Bah non…. »
  • Moi : « On va faire un ga….un gaaaaa…un gâteau !»
  • La Croquette : « Heuu…Ah !! Patin a roulette alors ! »

 

Si vous aviez pu voir ma tronche à ce moment là…

Mais je n’ai toujours pas compris quel était le message.

 

La Croquette a 2 ans…mais il y a encore quelques réglages à faire

  • La Croquette : « Papa, c’est quoi » (phrase anodine qui devient crispante au bout de la 250e fois au cours de la même heure)
  • Moi : « Oh ma chérie, tu sais ce que c’est quand même »
  • La Croquette : « Non… » (et en me regardant droit dans les yeux)
  • Moi : « C’est pour se regarder dedans…C’est.. ?? »
  • La Croquette : « C’est un rond »
  • Moi : « Oui c’est rond, mais c’est un mi…un miiiii ??
  • La Croquette : « Ah ouiiiii..c’est un mipopotame !! »

 

J’ai arrêté de rigoler la semaine dernière !!

 

On a mis l’Apple TV en pause, et l’écran de veille ce sont des animaux, quand soudain :

  • La Croquette : « Oh Papa tu sais quoi ? »
  • Moi : « Non mon cœur, quoi ? »
  • La Croquette : « Et ben..le chameau…le chameau il a 2 bosses comme ça sur le dos »
  • Moi : « Tu as raison, le chameau à 2 bosses »
  • La Croquette : « Eh oui »
  • Moi : « C’est bien… »
  • Petit silence
  • La Croquette : « Et celui qui en a qu’une…c’est le lampadaire !! »

 

Là, j’ai bien failli pisser dans mon froc

 

Avoir un enfant, c’est essayer de trouver des réponses à des questions improbables

C’est toujours une parenthèse enchantée de voir son enfant s’intéresser à des petites choses de la vie.

De voir ses petits yeux s’écarquiller quand elle ne comprend pas quelque chose et que pour la première fois elle vous demande de sa petite voix : « Mais…pourquoi Papa c’est comme ça? »

On a envie de la prendre dans ses bras et de la serrer trèèèèès fort.

 

Mais quand 6 mois après, au moindre « Pourquoi » vous avez envie de vous isoler en Sibérie pour le reste de votre vie, c’est que vous êtes arrivé dans cette période bénie des questions à répétition… répétition… répétition… répétition… répétition… répétition… répétition… répétition… répétition… répétition… répétition… répétition…

 

A cette période, rien que le générique de « Question pour un Champion » peut vous faire faire un AVC…

Et le pire, c’est que les questions posées par votre bout-de-chou sont des questions auxquelles vous n’auriez même pas osé chercher des réponses.

A titre d’exemple (parmi les 17 milliards d’autres…).

  • La Croquette : « Dis Papa… »
  • Moi : « Allez…c’est parti »
  • La Croquette : « Dis Papa…Pourquoi on va par là pour aller à l’école ?»
  • Moi : « Bah…Parce que c’est par là »
  • La Croquette : « Pourquoi ? »
  • Moi : « Parce que c’est par là…Allez, on tourne à droite ! »
  • La Croquette : « Pourquoi on tourne à droite ? »
  • Moi : « Parce que l’école est par là ma chérie »
  • La Croquette : « Mais…Pourquoi c’est par là l’école »

 

A 2 ans ½, elle sait déjà créer une spirale-spatio-temporelle…C’est plus une famille que j’ai, c’est les X-Men

 

Mais bon, comme une bonne vidéo vaut mieux qu’un long récit…Voici un peu ce que je vis le dimanche matin au petit-dej (désolé pour les non-anglophones…je ne l’ai pas trouvé sous-titrée en français:

Alors pour résumer :

  • Un jour ma femme m’a dit : « Je suis enceinte »
  • J’ai dit : « super »
  • Elle a dit : « super »
  • On était content, on a attendu
  • Après 9 mois je tiens ma fille dans les bras
  • Elle me dit : « bruiouiiuiuiui »
  • J’ai dis : « moi aussi je t’aime »
  • Puis on enchaine les couches, les bibs, les couches, les pots, les couches, les jeux…
  • Elle me dit : « Pa..pa ! »
  • …J’ai pleuré…
  • On a enchainé la marche, les gadins, courir, les gadins, les première phrases qui ne veulent rien dire…
  • …J’ai rigolé…
  • Un jour ma femme m’a dit : « Je suis enceinte »
  • J’ai dit : « Encore super »
  • Elle a dit : « pareil »
  • On était 3, et maintenant on est 4
  • Ce matin on m’a pris par la manche du manteau et j’ai entendu : « Moi, je veux un gâteau au chocolat pour mon niversaire et le faire avec toi ! »
  • J’avais rien vu passer car je nage en plein bonheur.
  • …Bref, la Croquette à 3 ans !!

Bon anniversaire ma chérie !!