L’histoire dans l’histoire : Pour info, j’ai rédigé ces premières lignes bien après avoir commencé la rédaction de cette aventure…et pour cause : la rentrée à l’école d’une Croquette est un évènement en soi, certes, mais il en découle (sans jeux de mots dégueux) quelques à-côtés aussi déplaisants qu’odorifères.
Bref la gestion du quotidien a pris une place relativement importante…et quand je peux : JE DORS !!.
Mais bon, avec beaucoup de retard, voici la nouvelle aventure de la Croquette qui couvre la période estivale (et surtout avant de me jeter sur Gears of War 3).
Bonne lecture à tous…

Hellish toddler summer camp and the fucking rentrée!

 

Quand on a des enfants en bas-âge et que l’on part en vacances, il y a toujours un moment ou on essaye de se rappeler comment c’était avant…

Facile : lever-café-terasse-surf-dejeuner-plage-volley-baignade-apéro-diner-jeux-mauvaise foi-dodo…et on recommence jusqu’à la rentrée !

C’était bien…mais c’est surtout un peu loin maintenant. Passer des vacances avec des gosses c’est autre chose (mais pas forcément moins bien…).

On va dire que ton sens des priorités (genre : houle-coefficient de marée-vent) est un petit peu chamboulé.

Mais il y a autre chose, en plus d’avoir deux mouflets sur les bras…c’est que…la Croquette…ELLE RENTRE A L’ECOLE !!!

Et qui dis école, dit propreté…et je dois bien avouer, c’est source de légères angoisses a dominante légèrement scatologiques…

Alors tu transforme tes vacances et ton jardin en « Hellish toddler summer camp »…

Nappies are for babies

Bien évidement, je ne pense pas que l’un d’entre vous de rappelle de ce moment « magique » ou vous a retiré vos couches et ou vous avez été propres en 5 minutes (demandez a vos parents, je pense qu’ils en ont un souvenir ému !!). C’est donc avec une certaine curiosité (pour ne pas dire une légère trouille de passer ta vie avec un rouleau de PQ dans le sac) que nous abordons réellement le chantier de la propreté car le temps joue un peu contre nous.

Quand je dis « chantier »…ce n’est pas tout à fait ça, je pense que l’expression « le bonheur c’est ce qui arrive entre deux emmerdements » résume beaucoup mieux la situation !

Donc faire comprendre que les couches, on va commencer à s’en passer, mais que Nuggets va quand même garder les siennes (putain…pas tout d’un coup quand même) c’est un peu comme expliquer a un tigre qui va bouffer des brocolis le reste de ses jours pendant que le petit chat en face va de taper des paupiettes toutes la journée : il y a comme un petit sentiment d’injustice dans l’air. Alors on explique, on rabâche, on répète, pour réexpliquer encore une fois: pour aller a l’école il ne faut plus mettre de couches et il faut aller aux toilettes !! Bon comme cela fait 2 mois que l’on a commencé le lavage de cerveau (ainsi que le lavage de drap, de couette, de doudou, de tapis et de tout ce qui a une dimension suffisante pour passer a la machine) nous n’avons plus droit a ce petit regard incrédule qui vous demande si on ne la prend pas pour une grosse truffe quand on lui annonce que maintenant c’est culotte-nappyproof…et pis c’est tout !…Et je préfère prévenir les parents, dans ce cas la, la méthode Coué c’est bien, mais un peu salissant.

 

Non, ce n’est pas la faute de doudou, car doudou ne fait pas caca !

Bon, on n’est quand même pas de dangereux inconscients, le départ en vacances se fait très tôt le matin pour lui laisser la couche le plus longtemps possible (ou c’est une excuse bidon…Tout le monde aura compris que c’est surtout parce que ça va écraser dans les sièges-auto pour au moins 200 bornes…Vive le silence !). Durant le voyage, aucun incidents à déplorer (mis a part les arrêts d’urgences sur les aires d’autoroute les plus glauques de l’A10).

A l’arrivée, il fait beau, il fait chaud, on embarque toute la famille pour aller a la plage…et toujours pas de soucis (je soupçonne la Croquette d’avoir tout de même arrosé les poissons).

Diner…couche…dodo: nickel ! Ce soir là, j’ai fais une danse de la victoire…C’est sans doute ce qui a causé notre perte !

Le lendemain est nettement moins estival et quand la pluie se met à tomber a l’horizontale tu regrettes ton petit pas de danse de la veille.

Nous voilà donc cloitrés comme des cosmonautes à regarder le monde disparaitre sous nos yeux. Enfin, en disant « nous », je parle de ma femme et moi, parce que la Croquette dans ces cas là, c’est un peu comme dans Alien: personne ne l’entend crier…sauf nous !! (…et Nugget, ce n’est pas trop grave car dans ces moments, elle est comme dans tout les autres: elle est pétée de rire).

Et quand la Croquette s’emmerde…elle peut très vite devenir dure à gérer. Heureusement pour moi, j’avais chargé le MacBook ras la mémoire de Didou et autres Oui-Oui.

Le problème pour les parents, c’est que ce genre de trucs supporte assez mal la répétition et au bout du 10e passage en boucle, tu es au bord de l’apoplexie.

 

Note: je pense que, de la ou ils sont, les grands parents de sont bien marrés car je leur ai fait subir le même calvaire quand j’avais 5 ans.

 

Je m’approche donc de la Croquette pour lui suggérer une autre activité, lorsque je m’aperçois du pouvoir totalement hypnotique des aventures de Oui-Oui qui fait que, OUPS, il y a eu comme un oubli !

  • Moi: « Mais…tu pouvais aller aux toilettes » (on s’est pas trimballé ta petite échelle pendant 500 bornes pour des prunes quand même)
  • La Croquette: » Mais j’avais pas envie »
  • Moi: « Ah…je peux te jurer qu’à un moment, tu as eu envie »
  • La Croquette: « Ah oui ? »

Sans déconner, a ce moment là, j’ai bien failli téléphoner au Cours Florent pour qu’elle donne sa technique sur « feindre la surprise alors que vous êtes pris la main dans le pot de confiture ».

J’ai donc commencé à me faire un petit stock perso de zenitude car j’ai bien senti que j’allais en avoir besoin.

Heureusement pour nous, le beau temps est vite revenu, et avec lui moult copains-copines pour la Croquette pour jouer à la plage ou dans le jardin. On peut enfin se détendre avec nos amis à nous, profiter de la terrasse, du soleil, du petit vent frais en fin d’après midi, du silence…DU SILENCE ?

On raconte que lors que quelques heures avant le tsunami qui a ravagé l’Asie du sud-est, les animaux avaient déserté les rivages car il avait senti que quelque chose ne tournait pas rond…

Et bien quand vous avez 2 ou 3 gosses en bas âge dans le jardin et que d’un coup vous pouvez vous entendre penser, c’est que l’élection de la connerie de l’année a commencée.

On se regarde avec ma femme et elle me fait bien comprendre que c’est mon tour d’aller voir…J’ai vu !

Attiré par de petit bruits, je retrouve ma Croquette accroupie derrière un arbre, rouge-écarlate, les yeux exorbités…Pas la peine de vous faire un dessin, mais je tente quand même une approche :

  • Moi : « Chérie…tu fais quoi ? »
  • La Croquette : « Moi ? Rien… »
  • Moi : « Tu n’es quand même pas en train de faire caca ? Car tu n’a même pas baissé ton pantalon »
  • La Croquette : « Ah oui… »

« Allo, le Cours Florent…Il faut vraiment que l’on se rencontre !! »

 

C’est donc avec une légère appréhension que nous arrivâmes à l’époque bénie de la rentrée scolaire.

Et c’est plutôt marrant parce que quand j’avais entre 5 et 10 ans, j’ai toujours eu cette petite trouille : est-ce que j’ vais retrouver mes copains ? Est-ce que la maitresse va être sympa ?…

Des questions que je ne me suis plus posées depuis 1987 quoi ! Et là, ca reviens doucement mais je n’en montre rien car je sais au fond de moi qu’il va y avoir quelques larmes…mais je ne sais pas encore de quel coté.

Quelques jours plus tôt, il y avait eu l’inauguration de l’école, et la Croquette l’avait trouvée a son gout (Hail to the Queen !!), ce n’est donc pas en terrain totalement inconnu que nous sommes arrivés.

Maintenant, quand un gosse pleure…la contagion arrive aussi vite qu’un Tsonga sur une barre de Kinder Bueno.

On reste 5 minutes avec elle, tout se passe pour le mieux, on lui dit que l’on y va, elle nous répond « d’accord… ». Un regard vers sa mère qui me fait vite comprendre que la fenêtre de tir ne va pas se représenter de si tôt…Un bisou et on se casse !!

D’un coup, je pense qu’elle se rend compte qu’elle nous facilite un peu la tache…Je n’ai pas fait 3 mètres dans le couloir que j’entends un « PAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAPAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !!!!! »

La pour le coup, la maitresse a fait du bon boulot, alors que nous partions la tête un peu basse, et quand nous sommes arrivés a la porte, les hurlement avaient cessés.

Quand nous sommes allés la rechercher à 16h, la maitresse nous a dis que tout les gosses on hurlés pendent 5 minutes et que tout été rentré dans l’ordre…A cet instant précis, je me suis vu en Bernadette Soubirou devant la Vierge Marie…

Lors de son retour à la maison, la Croquette fut intarissable (comme d’habitude quoi) sur l’école et que c’était très rigolo…

Parfait ma chérie, car tu en prends pour quelques années !!… Et nous aussi en fin de compte.