Vous savez ce qui est dur en tant que papa d’une (future) geekette. C’est d’éviter de tomber dans le travers « ma-fille-est-une-princesse-et-je-vous-emmerde ».

C’est en théorie après avoir lu la première phrase que mes potes vont faire un commentaire du type « you failed ! ». C’est aussi à ce moment là que je leur précise que c’est pas ma faute si on a fait une princesse une merveille une croquette !

Bon, vous l’aurez compris je suis un peu dans la tendance « faites ce que je dis et pas ce que je fais »…

MAIS C’EST PAS MA FAUTE…MERDE ! Quand elle se pend à mon cou avec des yeux de Chat Potté avec des pupilles comme des montgolfières en réclamant des bisous, mon cœur de papa-geek fait « Gooooooogle…Google ?..Non….Yahoooooooo ! »

- Cette vanne n’est pas cautionnée par l’auteur, mais j‘ai quand même honte -

Mais c’est là que les choses se gâtent. Il faut être lucide, la crise des 2 ans est en train de s’installer dans la maison.

Mais si vous savez, le truc braillard qui vous donne des envies de Vologne et que tout le monde reluque à la Poste ou dans un centre commercial…c’est souvent un(e) morveux(se) de 2 piges.

Bon, on n’en est pas au stade je-me-roule-partout-parterre, mais plutôt dans l’opposition quasi systématique (sauf quand il y a des pâtes dans l’équation !). J’ai un peu l’impression de me trouver dans un épisode de Rainbow Six :

  • Moi : « Allez, pose ce M. Patate….DOUUUUUCEMENT ! »
  • La croquette : « NON ! »
  • Moi : « Fait pas la maline avec moi Croquette…Je les connais les grumeaux dans ton genre ! »
  • Ma femme : « Mais…t’as combien d’enfants toi ? »
  • Moi : « Merde..Un agent double ! »

Alors cela donne des scènes moins spectaculaires que dans une file à la Sécu, mais avec ma femme on touche parfois du doigt le coté obscure. Florilège :

.

La scène – Hurlements dans la chambre à 5h du mat

  • Moi : « Brmmmmf » - oui, à 5h du mat je ne sais faire que Brmmmf –
  • Ma femme : « Tu vas voir ? »
  • Moi : « Brmmmfoui »

Je rentre dans la chambre, la croquette est debout en larmes.

  • La croquette : « Papa ? A-bras »
  • Moi : « Cadabra ? »

Regard choqué de la croquette par la connerie de son père…Je vous rappelle qu’il est 5h02 du mat et que si j’ai l’image, je n’ai pas encore le son !

  • La croquette : « AAAAAAAAAA-BRAAAAAAAA PAAAAAAPAAAAAAAA ! ! ! !»

Ce genre de cri réveille mieux qu’un seau de glaçons dans le slip.

Je la prend dans les bras…et là, c’est le drame. Je viens de me faire piéger comme un bleu.

  • Moi : « Il faut dormir, il est très tard »
  • La croquette: « Non – A chambre »
  • Moi (bonne poire..et exténué) : « Ok »

Et nous voilà avec une croquette qui s’endort entre nous…ce qui n’arrive rigoureusement JAMAIS !

Et comme ça n’arrive JAMAIS, je vous laisse deviner la suite. Au bout de 30 minutes (j’ai bien failli téléphoner au Guinness Book) la croquette se redresse et nous donne son avis sur la situation :

  • La croquette : « A nuit de’hor »
  • Nous : « Oui…Dodo ! »
  • La coquette : « NON ! » - et à 5h33 du mat, ça devient très vite lassant –
  • Moi : « Si ! C’est la nuit »
  • La croquette : « De’hor ! »
  • Moi : « Oui, le soleil fait… ? »
  • La croquette: « Dodo ? »
  • Moi (avec une pointe d’espoir) : « Oui chérie…Et toi aussi, fais dodo !»
  • La croquette : « NON ! » -visiblement l’espoir a fait un faux numéro-
  • Moi (au bord de la supernannytisation-avec-le-doigt-levé): « Pourquoi ? »

On s’attendait tellement peu à une réponse que ma femme a réprimé un fou rire dans son oreiller. Je fais donc répéter la croquette.

  • Moi : « Pourquoi ? »
  • La croquette : « Moi..ai pas envi’ »

Et là, à ce stade (et a cette heure de la nuit), tu es convaincu que l’obstination, c’est génétique ! Et au fur et à mesure que ton cerveau enregistre cette information à cette heure tardive, il te vient des idées dans ce genre là:

.

Dans un autre style, les gosses de 2 ans sont à peu près persuadés que TOUT leur appartient (je ne vous raconte pas la baston pour récupérer mon pad quand elle tombe dessus).

Donc, avec le concours de l’agent double la maman, nous tentons d’inculquer la notion toute relative de « partager » :

.

La scène – Je donne à manger à la croquette

  • Moi : « Tu as bien joué aujourd’hui ma chérie »
  • La croquette : « Ui.. »
  • Moi : « Et tu as joué avec quoi ? »
  • La croquette : « A la bashure ! » - terme en croquettois pour désigner voiture
  • Moi (en mode Jacques Martin) : « Ahhhh..C’est formidable ! Et, avec les autres ? »
  • La croquette : « Ouais »
  • Moi (n’en croyant pas mes oreilles) : « Tu as partagé la voiture ?»
  • La croquette : « Ouais » – nous sommes en plein travail sur le »on-dit-oui-et-pas-ouais » -
  • Moi (au bord des larmes) : « Et avec qui ma chérie ?..snorb… »
  • La croquette : « Bah…Avé moi !» - c’est à ce moment que je file dans la cuisine pour hurler de rire dans un rouleau de Sopalin -

.

C’est sûr,  on n’a pas le cul sorti des ronces.

Une vraie petite reine je vous dis….